bannière ACMR 
Série Omar
menu
Info Palestine

Horaires des prières de Valenciennes et ses environs : Lundi 21 Avril 2014


05h16< Fajr>06h40 | 13h49< Dhuhr>17h38< Âsr>20h53< Maghreb>22h15< Isha>05h13
(Les horaires de prières sont des intervalles de temps et non des heures précises)
Sagesses musulmanes :   
       Chapitre : La prière du deuil
 

      
    Tout être humain qui termine sa vie en ayant comme dernière parole : « Il n’y a de Dieu que Allah » avec certitude et accompagnée par tout ce qu’elle engendre, est promis au Paradis éternel. La guidance du Bien aimé Mohammed (SBSL) nous appelle à accompagner le malade musulman qui est en fin de vie jusqu’à sa mort par des visites successives et courtes.  Tout en l’exhortant et en lui rappelant que la miséricorde de Dieu est très large et qu’il n’est pas trop tard pour se repentir. Durant ces visites, le fidèle lui récite des sourates comme la sourate les bestiaux jusqu’au moment de sa mort. Dès que ce musulman commence à mourir, il faut répéter plusieurs fois et lentement devant lui «  Il n’y a de Dieu que Allah » jusqu’à ce qu’il l’a  prononce. Dès qu’il l’a prononce, il faut réciter la sourate Yacin en la psalmodiant jusqu’à ce que l’âme quitte  son corps.  
   
        Remarques :

    1/  Il ne faut jamais dire à un mourrant musulman : « Dis !  Il n’y a de Dieu que Allah » car  c’est une phrase à l’impératif qui risque de faire en sorte que le mourrant refuse de recevoir des ordres et qu’il meurt sans prononcer l’attestation de  foi.  C’est pour cela que l’accompagnement  du mourrant musulman doit  être enseigné pendant les cours  et  les prêches  dans les mosquées.
    2/ Dès que la personne est  morte, il faut la diriger vers la qibla, lui fermer les yeux, lui faire des invocations et ne dire que du bien de lui. Puisque le Prophète (SBSL) dit dans un hadith : «  Ne rappelez que  les bonnes œuvres de vos morts. » Il faut absolument que le mourrant soit accompagné par sa famille et en cas de nécessité d’une personne digne de confiance.
    3/ Dans la sunna du Prophète (SBSL), il faut préparer le mort  à l’enterrement le plus vite possible de la façon suivante :  Laver le mort ( il ne doit être lavé que par des proches si non par une ou plusieurs personnes digne de confiance).  Il faut utiliser de l’eau tiède, du savon parfumé et des gants de toilettes. Il faut cacher son corps surtout ces parties intimes avec  un drap ou une serviette. Verser de l’eau sur son corps de la tête aux pieds comme si nous lui faisions la grande ablution, ceci trois fois de suite. Dès que nous avons terminé, il faut sécher le corps en utilisant des serviettes, le parfumer et le couvrir par le linceul composé d’un ou trois tissus. Par contre, la  femme doit être lavée par des femmes comme l’homme doit être lavé par des hommes. La femme morte doit être couverte par un linceul de cinq tissus, en cas de manque, elle sera couverte par un ou trois tissus. 
    4/ Pour le martyr, on utilise ces habits comme linceul. 
    5/ La prière du deuil se fait de la façon suivante : dans cette salât, il n’y a pas d’inclinaison, ni de prosternation. Elle se fait debout à voix basse. L’Imam dirige la prière en commençant par le takbir de l’ouverture en levant les mains  puis récite la sourate  Fatiha. Il prononce une deuxième fois la grandeur d’Allah en levant les mains, puis fait le salut et la bénédiction sur le Prophète (SBSL) appelé salut d’Abraham. Il prononce la grandeur d’Allah une troisième fois en levant les mains et fait des invocations  pour la personne morte si c’est un adulte. Par contre, si c’est un enfant qui n’a pas atteint l’âge de la puberté, nous faisons des invocations  pour ces parents et nous demandons à Dieu que cet enfant soit pour eux un voile contre le feu de l’Enfer et que Allah les aide à être patient et qu’Il le réserve pour eux le jour de la Résurrection. Puis il termine par un quatrième takbira en levant les mains et fait le salam.
    6/ Cette  salât est considérée comme invocation. Ce qui permet à l’Imam de la faire à voix haute si c’est nécessaire afin d’apprendre aux fidèles comment l’appliquer.
    7/ Cette prière est autorisée pour le fœtus à partir de l’âge de quatre mois dans le ventre de sa mère. Pour le fœtus et l’enfant qui n’a pas atteint l’âge de  la puberté, il n’est pas nécessaire de leur faire l’ablution majeure car elle n’était pas obligatoire pendant leur vie comment elle le serait pendant leur mort !
    8/ L’Imam prêcheur d’une mosquée ne doit pas diriger  lui-même la prière du deuil pour une personne qui a été emprisonné pour un vol, un meurtre, ni pour celui qui s’est suicidé. Par contre, les autres fidèles peuvent faire cette prière en étant guidé par  l’un d’entre eux.  Ceci est une façon utilisée par l’Islam pour montrer que l’Imam prêcheur a une certaine valeur au niveau de l’invocation, et que cette personne qui tombe dans l’un des grands péchés cités ci-dessus, risque d’être privé de l’invocation de l’Imam prêcheur.
    9/ Nous ne devons faire la prière du deuil que si nous sommes sûrs que le défunt s’est acquitté de ces dettes ou qu‘un membre de sa famille s’en est chargé. Si personne ne s’est chargé des dettes du mort dans sa famille ou au cas où il n’aurait pas de famille, le trésor public musulman se charge de ceci.
    10/ Le lavage du corps du mort ne doit être effectué par le conjoint qu’en cas d’extrême nécessité. Le père n’a pas le droit de laver sa fille, ni son fils, ni sa  mère, ni son père qu’en cas d’extrême nécessité. 
    11/ Celui, parmi les musulmans, qui assiste à la prière du deuil jusqu’à la fin, a le poids d’une montagne de bonnes actions (hassanat). Celui qui assiste à la prière et à l’enterrement, a le poids de deux montagnes de récompenses.
    12/ Il faut faire en sorte d’avoir plusieurs rangées pendant la  prière du deuil ( même si les rangées ne sont pas complètes.) Plus il y a de rangées, plus il y a de récompense pour le mort et les pratiquants de cette prière. D’après l’école hambalite, si la prière du deuil est accomplie par quarante fidèles derrière l’Imam, qui n’ont associé  aucune divinité à Allah, intercéderont pendant cette prière pour ce mort.
    13/  L’Imam se positionne pendant cette prière entre l’épaule du mort et sa tête, si c’est un homme. Par contre, si c’est une femme, il doit se mettre face au milieu de son corps.
S’il y a plusieurs morts, on met les femmes  du côté de la qibla et les hommes du côté de l’Imam.
    14/ Il est préférable de faire cette prière à la mosquée.
    15/ Durant le cortège funèbre,  toute personne qui porte le mort à  plus de récompenses que celles qui l’accompagnent.
    16/ Pendant le cortège funèbre, il faut marcher doucement. Il est interdit de porter du feu même pour parfumer l’accompagnement de ce mort. Comme il est interdit de crier et de pleurer à  haute voix. Il ne faut prononcer que la lecture du Cor-an, le rappel et l’invocation à voix basse.
    17/ Il est préférable de faire la prière du  deuil à la mosquée comme on peut la faire au cimetière, loin des tombes.
    18/ Parmi les invocations  que le Prophète (SBSL) récitait souvent pendant cette salât : « Ô Seigneur, pardonne à nos morts et à nos vivants, aux présents et aux absents, aux petits et aux grands, aux hommes et aux femmes musulmanes. Ô Seigneur, celui que Tu laisses vivant, fait-le vivre dans l’Islam et celui à qui Tu as prit son âme, prends-là alors qu’il est dans la Foi. Ô Seigneur, pardonne à ce mort et soit miséricordieux avec lui et accueille-le par le meilleur des accueils, élargit pour lui sa tombe et purifie-le par l’eau, la grêle et la neige des ces péchés comme on purifie le tissu blanc des graines de sables. Remplace sa maison d’ici-bas par une meilleure dans l’au-delà, sa famille par une meilleure aussi et protège-le du châtiment de la tombe de l’Enfer. Ô Seigneur, s’il a fait bon acte, récompense-le par  Ta  bienfaisance et s’il a commit des péchés, pardonne-les-lui. Ô Seigneur, fait-nous profiter de sa récompense et ne nous châtie pas après sa disparition et pardonne-nous ainsi qu’à lui. »
    19/ Le Prophète (SBSL) a dit, comme nous l’avons déjà cité auparavant : « Allah  a fait en sorte que la terre soit pour moi et ma nation un lieu de pureté et de  prière. » Nous constatons donc que toute la terre est pure pour tous les musulmans qu’il soit vivant ou mort. Sauf le cas contraire, si elle est souillée. Donc tout musulman et musulmane ont le droit d’être enterré partout sur terre sauf à côté des tombes des non musulmans car il est rapporté que le Prophète (SBSL) a dit : «  Le mort  croyant ressent la souffrance du mort mécréant enterré à côté de lui. » Etre enterré en Occident ou en Orient,  en France ou au  Maghreb, ne change rien au niveau de l’accueil de l’âme de ce mort par les anges et le Seigneur. Nous savons que dans quelques villes en France, il  y a  ce que nous appelons «   des carrés blancs » dans des cimetières loin des tombes non musulmans. Il  est bien sûr licite d’y  être enterrer  surtout quand  nous avons  de la famille dans la même région afin que ces tombes soient visitées et que la récompense de la visite soit partagée  par  le mort et le visiteur.  Ce qui montre aussi l’importance d’être enterré dans un lieu où la tombe est visitée par la famille.
    20/  Si nous avons eu le droit en France, d’avoir un carré blanc musulman dans les cimetières, cela n’empêche pas que dans le futur, nous ayons le droit d’avoir nos propres cimetières musulmans. Pour cette finalité, il faut bien sûr faire beaucoup d’effort et de sacrifice afin de l’atteindre. Parmi ces efforts et ces sacrifices, la préférence  d’être enterré dans les carrés musulmans au lieu de faire le voyage dans un cercueil.
    21/ Il est préférable d’enterrer le mort sans  cercueil, ceci est la tradition musulmane.  Par contre, nous pouvons le faire en cas de contrainte imposée par une loi ou par le temps ou l’espace.
    22/ La tombe doit être profonde. A l’intérieur de cette tombe, il faut également creuser un lieu dans lequel nous mettrions le corps ou  le cercueil. Comme nous pouvons enterrer, selon la tradition musulmane, dans un sépulcre. Il faut faire entrer le corps du mort par les pieds en premier. Ne pas poser le drap au-dessus du corps, ni du cercueil sauf pour les femmes.  En enterrant, nous devons dire : « Au nom d’Allah » selon la sunna du messager d’Allah (SBSL).
    23/ A la fin de l’enterrement, il faut arroser le sable avec de l’eau qui se trouve au-dessus du corps afin qu’il durcisse et afin de le rendre lisse et arrondi comme aplati. Il faut absolument le désigner au niveau de sa tête en utilisant de la pierre ou du bois.
    24/ Il est illicite, en Islam, de s’asseoir sur une tombe, voir se coucher. Comme il est illicite, par consensus des savants de l’Islam, de construire des tombes avec des pierres, du ciment ou des briques.  Toutes personnes,  rendant visite aux tombes, doit  se mettre en direction de la qibla. Nous avons le droit d’enterrer le mort musulman la nuit en cas d’extrême nécessité. Dès que l’enterrement se termine, il faut invoquer Allah pour nous et pour le mort, ainsi  que pour tous les morts et les vivants musulmans.
    25/ Le Prophète (SBSL) a maudit toute personne qui recommande dans son testament d’être enterrer à l’intérieur d’une mosquée, comme il est interdit d’appliquer la salât dans une mosquée où il y a une tombe apparente.
    26/ Le mort musulman ne peut bénéficier après sa mort que  de ces choses :
-  Des invocations de sa famille, ces proches et toute personne a qui  il a rendu service à travers ces bonnes actions comme la construction d’un édifice.
-  Par une science bénéfique pour les créatures d’Allah
-  Par les invocations de ces enfants qui ont le droit ainsi que ces proches de réciter le Cor-an en ayant l’intention que la récompense lui arrive ainsi que toute sorte d’œuvre charitable.
    27/ La famille du mort musulman, surtout ces enfants, ont  le droit de faire le pèlerinage pour lui, si le mort ne l’a pas fait, à condition qu’ils aient déjà effectué le pèlerinage pour eux.  Il  a également  le droit de jeûner pour rembourser les dettes du mois de Ramadan que le mort n’a pas rendu.
    28/ En Islam, les condoléances se font de la façon suivante :
-  Il faut rendre visite à la famille sans y être  invité et leur dire : « Sachez que toute chose donnée par Allah, lui revient de droit, quand Il l’a reprend. Toute vie a une fin alors soyez patient et compatissant. Vous aurez la récompense ici-bas et Sa rencontre dans l’au-delà. »  Ce sont les voisins, la famille et les proches du mort qui préparent la nourriture pour la famille du défunt et les débarrassent de toute tâche  ménagère. Il ne faut pas se regrouper en grande quantité  de personnes dans la maison du défunt pour lui afin de ne pas perturber la famille dans leur tristesse. Par  contre,  il faut faire  plusieurs petits groupes,  sans rester longtemps. 
Cela fera en sorte d’alléger la souffrance de la famille et de faire plus d’invocation puisqu’il y  a plusieurs groupes. Il est interdit de commander un groupe de lecteur  du Cor-an spécialement pour le deuil surtout au niveau de  la récitation en groupe et au niveau de la commande qui fait référence à la commande  du groupe de chanteur  pour un mariage. A travers ceci, nous apercevons par-ci par-là, des personnes donnant des billets d’argent, aux récitants du Cor-an afin de faire des invocations spéciales pour lui et sa famille. C’est un exemple parmi d’autres et nous préférons ne pas gaspiller d’encre et de papier et le temps du lecteur à lui faire rappeler des innovations interdites par le Prophète (SBSL) d’après AICHA, qui dit : « Toute personne qui innove dans nos enseignements la moindre des choses, elle est rejetée. »
    29/ Il est également illicite de pleurer en criant, en prononçant des paroles polythéistes qui font référence aux désagréments de la mort tout en citant les choses que le défunt faisait et qu’il a laissé. Le Prophète (SBSL) disait : « Le mort souffre dans  sa tombe à cause de tout excès dans la tristesse de sa famille et de ces proches. » L’Imam Ibn Qayim ajoute : « si le défunt agréait cette attitude. »
    30/ Il est illicite d’insulter un mort, ni de citer ces mauvaises actions après sa mort car nous ne savons pas dans quel état il est dans sa tombe, ni de quelle  façon il a quitté ce monde. Par contre, si cette personne a laissé après sa mort un livre qu’elle avait écrit ou des cassettes et des discours, qui ne sont pas compatible avec la sunna du Prophète (SBSL), à ce moment là, il est nécessaire pour tout musulman, qui a  atteint  le degré de différencier entre les textes et leurs exégèses, de prévenir les musulmans à éviter toute doctrine laissée par ce défunt sans le citer négativement.
    31/ Rendre visite aux tombes est une sunna du Prophète (SBSL), à la fois pour les hommes et pour les femmes. Par contre, la  visite des femmes est limitée dans le temps. Puisque les femmes ne devraient pas se rendre aux cimetières seuls, il faut qu’elle soit accompagnée, et elle ne doit pas y rester trop longtemps*. Durant cet instant, elle rend visite aux tombes de sa famille et elle se rappelle de sa destinée. La même chose pour les hommes sauf qu’ils peuvent rester plus d’une heure sans dépasser le moment de prière.
Rendre visite aux tombes, comme le dit le Prophète(SBSL), attendrit les cœurs et permet aux fidèles de se souvenir du jour du jugement. Il nous a laissé une sunna sous forme d’invocation à dire dès que le fidèle passe la porte du cimetière et qu’il aperçoit les tombes. Nous devons dire : « Que la paix soit sur vous, gens de cette demeure parmi les croyants et les soumis, vous êtes les ancêtres et nous seront, si Allah le veut, parmi vous. Nous invoquons Allah pour nous et pour vous en demandant la protection et  le bonheur éternel. » Nous avons le droit d’invoquer par d’autres invocations après celle-ci, toujours pour  les morts et jamais par les morts.
    32/ Nous avons le droit de prier pour un mort la prière du deuil s’il a été enterré sans cette prière. S’il a été enterré récemment*, il faut faire sortir son corps ou son cercueil loin des tombes et appliquer cette prière pour lui et le remettre. S’il a été enterré sans linceul et que le corps est toujours intact, nous pouvons le sortir et lui mettre un linceul. Par contre dans le cas contraire, nous pouvons faire la prière du mort absent. Comme nous avons également le droit de transporter un corps d’un cimetière vers un autre, si besoin il y a. Comme nous avons aussi le droit de transporter un corps d’un pays vers un autre en cas de besoin. 
 

Ahmed MIKTAR

Source : http://www.tawba.fr

2.3/5 (39 votes)

[Spiritualité...]commentaires  4 commentaires... ][Vu : 18 699 fois]


menu2
...: 2005-2014 Tous droits réservés | Mentions légales | ACMR - Association Cultuelle des Musulmans de Raismes - 130 rue Thiers 59590 RAISMES :...